agathon

gr. agathón: o que é bom, o bem, um princípio supremo, summum bonum. Na filosofia grega, o Bem é o objetivo que se oferece à vida de todo homem. É ele a fonte da felicidade ( ), busca incessante da alma. Mas só o sábio pode atingir o Bem, pois só ele sabe usar convenientemente a razão.

Guthrie: Tractate 38 (VI, 7) - HOW IDEAS MULTIPLIED, AND THE GOOD

A. HOW IDEAS MULTIPLY.

1. The eyes were implanted in man by divine foresight.

Senses not given to man because of experience of misfortunes.

Nor because of god's foresight of these misfortunes.

Foresight of creation is not the result of reasoning.

Both reasoning and foresight are only figurative expressions.

In god all things were simultaneous, though when realized they developed.

2. In the intelligible, everything possesses its reason as well as its form.

Intelligence contains the cause of all its forms.

Guthrie: Tractate 20,1 (I, 3, 1) - SEARCH FOR A DEMONSTRATION OF DIVINITY SUCH THAT THE DEMONSTRATION ITSELF WILL DEIFY

1. What method, art or study will lead us to the goal we are to attain, namely, the Good, the first Principle, the Divinity (Eneada-V, 1, 1), by a demonstration which itself can serve to raise the soul to the superior world ?

METHODS DIFFER ACCORDING TO INDIVIDUALS; BUT THERE ARE CHIEFLY TWO.

Bouillet: Traité 9 (VI, 9) - DU BIEN ET DE L'UN

(I-II) C'est par leur unité que les êtres sont ce que comporte leur essence. Ils participent plus ou moins de l'unité selon qu'ils participent plus ou moins de l'être. Ainsi l'âme possède un plus haut degré d'unité que le corps; cependant elle n'est pas l'Un absolu, parce que l'unité de son être renferme une pluralité d'éléments. L'Être universel et l'Intelligence ne sont pas non plus l'Un absolu pour la même raison.

Bouillet: Traité 54 (I, 7) - DU PREMIER BIEN ET DES AUTRES BIENS

(§ I) Le premier bien est la vie ; le second, la vie intellectuelle. Au-dessus de ces deux espèces de biens, il y a le Bien absolu, qui est supérieur à l’action et à la pensée. Le Bien a pour essence la permanence : tout dépend de lui, tout aspire à lui, mais lui-même reste dans le repos, ne regarde ni ne désire aucune autre chose, parce qu’il ne dépend de rien.

Bouillet: Traité 14 (II, 2) - DU MOUVEMENT DU CIEL

(§ I-III) Le mouvement circulaire du ciel est l’image du retour sur soi-même qui constitue la réflexion. Il résulte à la fois de la nature de l'Âme et de celle du corps : le mouvement propre à l'Âme, c’est de contenir ; le mouvement propre au corps, c’est de se transporter en ligne droite ; de ces deux mouvements combinés résulte le mouvement circulaire, dans lequel il y a tout à la fois translation et permanence, et qui est en harmonie parfaite avec la nature du feu céleste.

Bouillet: Traité 13 (III, 9) - CONSIDÉRATIONS DIVERSES SUR L'ÂME, L’INTELLIGENCE ET LE BIEN.

Ce livre contient des pensées détachées sur les points suivants :

(I) 1° L’Animal qui est, dont Platon parle dans le Timée, est le monde intelligible, l’ensemble des idées; il est identique à l’Intelligence qui le contemple, en sorte que la chose pensée, la chose pensante et la pensée sont une seule et même chose. L'Âme universelle, au contraire, divise les idées qu’elle conçoit, parce qu’elle les pense d’une manière discursive.

(II) 2° L'Âme s’élève au monde intelligible en ramenant graduellement à l’unité chacune des facultés qu’elle possède.

Bouillet: Traité 24 (V, 6) - LE PRINCIPE SUPÉRIEUR A L'ÊTRE NE PENSE PAS. QUEL EST LE PREMIER PRINCIPE PENSANT? QUEL EST LE SECOND?

(I) Il y a deux principes pensants. Celui qui occupe le premier rang est l'Intelligence, parce qu'elle se pense elle-même. Celui qui occupe le second est l'me parce que, pensant un autre objet qu'elle-même, elle approche moins de l'identité du sujet pensant et de l'objet pensé. Quand l'Intelligence pense, elle passe de l'unité à la dualité, tandis que l'me, quand elle pense, passe de la dualité à l'unité.