Bouillet: Traité 45 (III, 7) - DE L’ÉTERNITÉ ET DU TEMPS

Tout le monde sait que l’Éternité se rapporte à ce qui existe perpétuellement, et le Temps, à ce qui devient. Il n’en est pas moins nécessaire d’approfondir ces notions pour s’en rendre compte et pour bien comprendre les désunions qu’en ont données les anciens philosophes.

ÉTERNITÉ. (I-III) L’éternité est la forme de la vie qui est propre à l’Être intelligible : elle n’est ni l’Être intelligible ni le repos de cet être ; elle est la propriété qu’a sa vie d’être permanente, immuable, indivisible, infinie, et de posséder une plénitude perpétuelle qui exclut la distinction du passé et de l’avenir. Les choses engendrées, au contraire, ne sont rien sans leur futur, parce que leur existence consiste à réaliser continuellement leur puissance.

(IV-V) Nous concevons l’éternité en contemplant l’Être intelligible dans la perpétuité et la plénitude de sa vie parfaite. Nous voyons ainsi que l’éternité peut se définir : la vie qui est actuellement infinie parce qu’elle est universelle et qu’elle ne perd rien. Cette vie est immuable dans l’unité, parce qu’elle est unie à l’Un, qu’elle en sort et y retourne. Il en résulte qu’elle exclut toute succession, qu’elle est permanente, qu’elle est toujours, comme l’indique l’étymologie du mot aion, éternité, qui dérive de aei on, l’Être qui est toujours.

(VI) L’âme humaine conçoit l’éternité aussi bien que le temps, parce qu’elle participe à la fois à l’éternité et au temps. Pour se rendre compte de ce fait, il faut descendre de l’éternité au temps, afin d’étudier la nature de ce dernier.

TEMPS. (VII-IX) 1° Le Temps n’est pas le mouvement en général, parce que le mouvement s’opère dans le temps, et que le mouvement peut s’arrêter tandis que le temps ne saurait suspendre son cours. Il n’est pas non plus le mouvement circulaire des astres, parce que les astres ne se meuvent pas tous avec la même vitesse.

2° Le temps n’est pas non pas le mobile, c’est-à-dire, la sphère céleste, puisqu’il n’est même pas le mouvement de cette sphère.

3° Le temps n’est pas non plus quelque chose du mouvement.

a. Il n’est point l’intervalle du mouvement, que l’on donne au mot intervalle le sens d’espace ou celui de durée : car, dans le premier cas, on confond le temps avec le lieu ; dans le second cas, tous les mouvements n’ont pas la même vitesse. Si l’on dit que le temps est l’intervalle du mouvement même, cet intervalle est le temps, et l’on ne définit rien.

b. Le temps n’est point la mesure du mouvement, soit que l’on considère le temps comme une quantité continue, soit qu’on le regarde comme un nombre : car, dire que le temps est la mesure du mouvement, c’est faire connaître une de ses propriétés, ce n’est pas définir son essence ; d’un autre côté, prétendre que le temps est une quantité mesurée ou un nombre nombré, c’est supposer qu’il n’a point de réalité en dehors de l’âme qui le mesure ou qui le nombre.

c. Le temps n’est point une conséquence du mouvement : car cette définition n’a point de sens.

(X-XII) Le temps est l’image mobile de l’éternité immobile. De même que l’éternité est la vie de l’Intelligence, le temps est la vie de l'Âme considérée dans le mouvement par lequel elle passe sans cesse d’un acte d’un autre. Il apparaît donc dans l'Âme; il est en elle et avec elle. Son cours se compose de changements égaux, uniformes, et il implique continuité d’action. Il est engendré par la vie successive et variée qui est propre à l'Âme, et il a pour mesure le mouvement régulier de la sphère céleste : car le temps a la double propriété de faire connaître la durée du mouvement et d’être mesuré lui-même par le mouvement. Il est donc ce dans quoi tout devient, tout se meut ou se repose avec ordre et uniformité.

Le mouvement de l’univers se ramène au mouvement de l'Âme qui l’embrasse, et le mouvement de l'Âme se ramène lui-même au mouvement de l’intelligence.

Le temps est présent partout, parce que la vie de l'Âme est présente dans toutes les parties du monde. Il est présent aussi dans nos âmes, parce qu’elles ont une essence conforme à l’essence de l'Âme universelle.