pathos

gr. páthos = paixões, afecções. Para Plotino a afecção ( ) é por sua parte o efeito de certa relação da alma e do corpo. na medida que cada corpo comporta partes e porque os corpos são diferentes uns dos outros, a multiplicidade das afecções poder ser portanto estabelecida sem que se negue a unidade da alma.

Bouillet: Traité 39 (VI, 8) - DE LA LIBERTÉ ET DE LA VOLONTÉ DE L'UN

(I) Pour déterminer ce que sont en Dieu la liberté et la toute-puissance, il faut commencer par examiner en quoi consistent notre liberté et notre volonté.

On appelle volontaire ce que nous faisons sans contrainte, avec conscience de le faire; dépendant de nous, ce que nous sommes maîtres de faire ou de ne pas faire. Ces deux choses se trouvent le plus souvent réunies, quoiqu'elles diffèrent entre elles. Il est des cas où l'une des deux manque.

Bouillet: Traité 50 (III, 5) - DE L’AMOUR

(I) L’amour considéré comme passion de l’âme humaine est le désir de s’unir à un bel objet. On souhaite tantôt posséder la beauté pour elle-même, tantôt y joindre le plaisir de perpétuer l’espèce en produisant dans le monde sensible une image temporaire des essences éternelles du monde intelligible.

(II) L’amour considéré comme dieu est l’hypostase (l’acte substantiel) de Vénus Uranie, c’est-à-dire de l'Âme céleste. Il est et l’œil par lequel elle contemple Cronos (qui représente l’Intelligence divine), et la vision même qui en naît.

Bouillet: Traité 29 (IV, 5) - QUESTIONS SUR L'ÂME, III

(I-II) La perception de l’étendue tangible suppose contact entre le corps et l’objet extérieur. En est-il de même pour la vue et pour l’ouïe ? Y a-t-il un milieu entre l’œil et l’objet visible, entre l’oreille et l’objet sonore ?

S’il y a un milieu entre l’œil et l’objet visible, ce milieu n’est pas affecté, ou l’affection qu’il éprouve n’a aucune analogie avec la sensation de la couleur. En tout cas, celle-ci est plus nette quand il n’y a pas de milieu interposé : car, s’il est obscur, il fait obstacle à la vision ; s’il est transparent, il se borne à ne pas nuire.

Afecções

Submitted by mccastro on Fri, 05/04/2013 - 20:54

Os estoicos dizem que as afecções (pathe) se encontram nos lugares afetados, enquanto as sensações (aisthesis) residem na parte diretora. (Pseudo-Plutarco)

Enéada III, 5, 6 — A natureza dos demônios

6- ¿Qué debemos decir, pues, de Eros y de su nacimiento? Está claro que hay que considerar quién es Penia y quién es Poros, y cómo convienen a Eros estos progenitores. Porque, naturalmente, tendrán que convenir también a los demás demonios, si los demonios, como tales, han de poseer una sola y única naturaleza y esencia, y no tan sólo una comunidad de nombre. Consideremos, por tanto, cómo distinguimos los dioses de los demonios, no cuando afirmamos, como muchas veces hacemos, que dioses y demonios son lo mismo, sino cuando atribuimos a ambos un linaje diferente.